Filles-garcons : quelle égalité ?

7 octobre 2019
  • Partager cet article :

L’égalité entre les filles et les garçons est encore à construire. Le respect de l’autre sexe est devenu un objectif majeur de l’approche éducative et une dimension fondamentale de l’égalité des chances. En juin dernier à Rennes s’est tenu un séminaire intitulé « Penser l’égalité filles-garçon dans l’espace éducatif ».

 


Crédit photo : Préfecture de Rennes – juin 2019

Co-piloté par la Préfecture de région et l’Académie de la région Bretagne, ce séminaire avait trois principaux objectifs : éclairer ce qui distingue le vécu des filles et celui des garçons dans l’espace scolaire, mieux comprendre comment naissent ces spécificités, mais aussi identifier des méthodes d’action concrètes. Au total, quelque 220 personnes ont participé à ces échanges : Chef·fe·s d’établissements, enseignant·e·s, CPE du primaire et du secondaire, services de l’État, collectivités, associations…

Comment penser des espaces qui favorisent des relations égalitaires entre filles et garçons ?

Les enquêtes « climat scolaire et victimation » engagées ces trois dernières années par le ministère de l’Éducation nationale ont mis en évidence ces disparités : au lycée par exemple, les filles sont cinq fois plus nombreuses que les garçons à être la cible de comportements déplacés à caractère sexuel (11%), au collège, davantage de garçons (24%) déclarent avoir été frappés, 21 % ont déclarés avoir déjà été blessés par une arme.

A ces questions de comportements sexués, s’ajoute celle de l’homophobie et de la transphobie, qui questionne les normes de masculinité et de féminité. Source des violences verbales, psychologiques ou physiques, ce phénomène est désormais mesuré : les résultats de l’enquête gouvernementale menée auprès des lycéen.ne.s pour l’année 2017-2018 indiquent que 3,9 % des d’entre eux·elles ont été victimes au moins une fois d’insultes homophobes.

Pour aller plus loin :

L’égalité filles-garçons s’appréhende à la fois dans les enseignements, les actions éducatives et dans la vie scolaire. A Rennes au collège Rosa Parks ainsi qu’à la Roche -sur-Yon au lycée du même nom, des expérimentations ont été menées autour de l’aménagement des cours de récréation.
(Lire l’article : des cours d’école réaménagées ?)