Se serrer les coudes via les collectifs et réseaux…

24 mai 2019
  • Partager cet article :

LE DÉZOOM

 

En mars dernier, La Direction régionale des affaires culturelles des Pays de la Loire (DRAC) et les Fameuses organisaient – à l’occasion de l’ouverture du Printemps des Fameuses – la première rencontre autour de l’égalité femmes-hommes dans la culture. A partir de questions sur la place des femmes dans les instances de décision et la programmation artistique, les conférences et rencontres ont abordé différents sujets parmi lesquels la place des collectifs et réseaux féminins, tous secteurs culturels confondus.

 

 

Parisiens pour la plupart, ces collectifs culturels sont pleinement conscience que ce qui se joue dans la capitale se joue partout ailleurs. Comment lutter contre le plafond de verre, parvenir à l’égalité salariale, à une meilleure reconnaissance, à une juste conciliation des temps de vie ou comment lutter contre le sexisme quotidien sont autant de questions débattues, sur fond de sensibilisation et d’échanges d’expériences.

 

Shesaidso est une communauté internationale et militante de femmes évoluant dans l’industrie musicale (chanteuses, techniciennes, chargée de production etc.). Depuis un an, doucement mais sûrement, elle s’implante à Nantes sous l’impulsion de Lucie Bouchet, responsable billetterie à Stereolux et collaboratrice des Biennales internationales du spectacle. L’association propose principalement des rencontres sur le format Keynote et entend créer en local une équipe chargée d’animer la « guilde ». Objectifs : sororité et entraide professionnelle.

 

S’installer en régions – et notamment en Pays de la Loire – c’est aussi l’un des objectifs de Cultur’elles, le réseau féminin interne au Ministère de la culture. Créé il y a deux ans, non-mixte, il compte un peu plus d’une centaine d’adhérentes. Le sexisme ne se cantonnant pas au seul Ministère de la culture, sortir de Paris doit aussi servir le décloisonnement ministériel. A mi-chemin entre fonction publique et culture, Clarisse Mazoyer, co-fondatrice, a pensé ce groupe comme un vecteur de modernisation de l’administration à l’échelle nationale.