17 jeunes femmes intègrent la Maison Cécile Brunschvicg

19 mars 2021
  • Partager cet article :

Publié 19.03.21


Le Département et l’association Anef Ferrer ont inauguré, fin janvier, la nouvelle Maison à caractère social (MECS) Cécile Brunschvicg qui accueille d’ores-et-déjà 17 jeunes femmes.

Depuis la fin du mois de janvier 2021, 17 jeunes filles relevant de l’Aide Sociale à l’enfance ont pris possession de leurs nouveaux logements, dans le récent quartier de la caserne Méllinet, à Nantes. Cette Maison à caractère social (MECS), gérée par l’association Anef Ferrer, a pour objectif d’accueillir temporairement des mineures ou des jeunes majeures, entre 17 et 21 ans, en difficulté sociale et familiale : « certaines jeunes sont en décrochage scolaire, d’autres en formation, en recherche ou en cours d’emploi. Les profils de ces jeunes femmes qui nous sont orientées par le Département via l’Aide Sociale à l’enfance, sont très variés. L’association leur apporte, en plus d’un logement, une présence éducative en continu. Chacune d’entre elles a un ou une référent·e social », explique Benjamin Rivalland, chef de service socio-éducatif au sein de la structure.

 

Les jeunes femmes accueillies restent en moyenne deux ans et demi au sein de la Maison, « elles évoluent au sein d’un parcours d’autonomie leur permettant de passer d’un logement à un autre jusqu’à ce qu’elles gagnent en indépendance », précise Benjamin Rivalland. Jusqu’ici, la MECS était située dans une maison rue du général Buat, à Nantes. Vieillissante, trop petite et inadaptée aux besoins des personnes accueillies, le déménagement au sein de la caserne Méllinet, sur lequel Nantes Métropole mène un projet de réhabilitation, s’est imposé. Le Département de Loire Atlantique a financé cette opération immobilière, à hauteur de 1 100 000 €.

Des logements en non-mixité

L’Anef Ferrer est une association issue de la fusion, en 2008 de deux associations : l’ANEF, l’Association nationale pour l’entraide féminine fondée en 1952 et Francisco Ferrer spécialisé en insertion. C’est l’héritage de l’ANEF qui induit un accueil en non-mixité des jeunes femmes.

 

Rédaction Aurélie Lehéron