Citad’elles, un bastion pour les victimes de violences

5 novembre 2019
  • Partager cet article :

[Initiative]

Le 25 novembre ouvrira à Nantes Citad’elles, un espace chaleureux, unique en France, dédié aux femmes victimes de violences conjugales.

 


Crédits photos : Stephan Ménoret – Nantes Métropole

 

Chaque année sur la métropole nantaise, 24 500 femmes sont victimes de violences conjugales. C’est face à ce constat que la ville de Nantes a décidé de s’engager dans la construction de Citad’elles, un espace unique en France, spécialisé dans l’accueil gratuit, sécurisé et en continu des femmes victimes de violence. Sur place, plusieurs professionnel·les (travailleurs sociaux, psychiatre, médecins de la protection maternelle et infantile, infirmier·es, sage femme,…) mettront leurs compétences aux services de ces femmes. Des permanences d’avocats seront également proposées.

 

Simplifier le parcours de la victime

 

A l’initiative du projet, il y a quatre associations nantaises : Question Confiance, SOS Inceste et violences sexuelles, Solidarité Femmes et L’Oasis, qui ont vu dans ce projet une façon de simplifier le parcours des victimes, souvent baladées d’un lieu à l’autre. Ici, elles pourront réaliser la quasi-totalité des démarches nécessaires. En arrivant, un ou une coordinatrice les prendra en charge, ce qui leur évitera, par exemple, d’avoir à raconter plusieurs fois leur histoire. Un moment compliqué qui, quand il est réitéré à plusieurs reprises, peut décourager les femmes dans leurs parcours. Les enfants sont les bienvenus sur place, une salle de jeux leur est d’ailleurs consacrée. Et puisque Citad’elles a aussi pour vocation d’être un endroit de repos pour ces femmes, il a été imaginé pour être le plus apaisant et chaleureux possible et offrir des espaces de tranquillité ou prendre du temps pour soi.

 

Le lieu ouvrira ses portes le 25 novembre, sur l’île de Nantes. Ouvert 24h/24, 7j/7, gratuit, sans rendez-vous.

Adresse : 8 boulevard Vincent Gâche – 44200 Nantes – 02 40 41 51 51

 

Pour aller plus loin :
Lire  la fameuse interview d’Anne Bouillon, avocate spécialisée en droit des femmes et des victimes