La Fameuse interview : Carole Pitou-Agudo

11 février 2020
  • Partager cet article :

Le OFF et l’égalité FH vus par… Carole Pitou-Agudo

 

Depuis 2017, Carole Pitou-Agudo est à la tête de RTE dans l’Ouest. Cette diplômée de Supélec, membre des Fameuses, a fait de l’égalité professionnelle un engagement fort de son action dans une région qui compte plus d’un millier de salarié.es. Pour quelles raisons ? Comment cela s’articule-t-il avec le Printemps des Fameuses ? Interview.

 

 

L’égalité femmes-hommes a-t-elle toujours été une de vos préoccupations ?

Pendant mes études scientifiques, j’ai navigué dans un environnement très masculin, mais je ne me posais pas trop de questions. Ma motivation compensait les obstacles qu’une jeune fille en classes préparatoires peut rencontrer. Par exemple, il n’y avait pas d’internat pour les filles parce que nous n’étions que cinq ou six sur cinquante élèves. Conclusion, le soir, alors que les garçons se retrouvaient ensemble pour travailler, nous rentrions dans nos chambres de bonnes. L’environnement de travail ne nous était pas aussi favorable, mais c’était comme ça.

 

Depuis votre prise de fonctions en tant que déléguée régionale en 2017, vous revendiquez votre volonté d’accélérer sur le sujet. Pourquoi ?

D’abord parce que je suis convaincue que la diversité des équipes au sens large est une source de richesse pour l’entreprise. Mais aussi parce que quand j’ai pris ma fonction de dirigeante, il y a trois ans, j’ai rencontré beaucoup de décideurs, de représentants des services de l’état, des élus… Que des hommes ! J’ai vraiment pris conscience que si, à mon échelle, et avec le concours de toutes les personnes volontaires chez RTE nous n’agissions pas pour changer la donne, il ne se passerait rien. Je suivais le Printemps des Fameuses depuis un moment. J’ai informé les salarié.es que j’allais prendre ce sujet à bras le corps, et j’ai proposé aux volontaires d’aller y passer la journée pour ouvrir les discussions. Un collectif mixte d’une quinzaine de salarié.es s’est constitué pour travailler sur ces problématiques et imaginer des actions.

 

Concrètement, quel type d’actions menez-vous depuis ?

De mon point de vue, il s’agit d’un travail de longue haleine, qui doit être incarné par la direction, sinon il ne se passe rien. Nous menons des actions avec des associations comme Elles Bougent pour changer les représentations sur les métiers, et convaincre les plus jeunes de se projeter dans les métiers techniques. Celles qui obtiennent un bac scientifique se dirigent souvent vers la médecine ou la biologie : c’est très bien, mais pourquoi ne pas envisager aussi l’électrotechnique, le numérique ou l’ingénierie ? D’ailleurs, je voudrais travailler plus en profondeur avec des directeurs d’école et des conseillers d’orientation, et ce dès le collège. Par ailleurs un de mes leitmotiv c’est que pour que les choses changent, il faut plus de femmes aux postes à responsabilités. Donc nous travaillons, en interne, à accompagner nos salariées à se projeter dans ces fonctions. Je suis très vigilante à suivre le vivier de femmes que je vois évoluer dans l’entreprise. Outre challenger leurs managers, j’essaie aussi d’échanger avec elles pour leur donner des clés pour briser le plafond de verre. Et bien sûr, nous menons régulièrement des actions de sensibilisation au sexisme, pour rappeler à tout le monde que ce n’est pas toléré chez RTE. Nous avons par exemple très peu de femmes dans les équipes de maintenance, et je constate que leur intégration n’est pas toujours facile. Il arrive encore d’entendre des « tu ne peux pas parce que tu es une fille » sur les chantiers, sans que cela soit empiriquement fondé. Nous avons encore du chemin à parcourir.

 

Quel type d’actions allez-vous mener dans le cadre du OFF du Printemps des Fameuses, dont vous êtes partenaire ?

C’est une très bonne occasion pour nous provoquer la discussion et partager nos bonnes pratiques et notre engagement. Nous mènerons à la fois des actions en interne, chez RTE, et à l’extérieur, pendant tout le mois de mars. Nous avons par exemple été sollicités pour témoigner dans une entreprise de bâtiment qui rencontre les mêmes difficultés que nous, notamment en termes de recrutement. Je suis convaincue de la force du réseau de dirigeants pour avancer sur ces thématiques.

 

Propos recueillis par Clémence Leveau pour Les Fameuses

 

Retrouvez toutes les actions du  OFF du Printemps des Fameuses.