Nantes, une maison dédiée aux femmes sans abris

5 novembre 2019
  • Partager cet article :

[Initiative]

La maison des femmes vient d’ouvrir ses portes, quartier Champ-de-Mars à Nantes. Cette initiative de l’Association Insertion Solidarité Logement (AISL), soutenue par la ville de Nantes à hauteur de 170 000 euros, offre à des femmes en détresse une solution transitoire et palliative, ainsi qu’un accompagnement social adapté à leur situation.

 

Faible niveau de ressources, situation d’isolement ou d’exclusion sociale… Les profils ne manquent pas. Souvent invisibles, elles sont particulièrement exposées aux agressions ainsi qu’aux violences psychologiques, physiques et sexuelles. En 2019, la ville de Nantes comptabilise une trentaine de femmes « en situation de très grande précarité ». Évidemment, ce chiffre n’est pas exhaustif tant il est difficile de s’appuyer sur des données fiables.

 

Quatre personnes vers un logement autonome

Installée dans un petit collectif du passage Berthault, la maison des femmes se veut un environnement protecteur à taille humaine. Elle se compose de deux appartements de type 3, d’un espace de vie collectif, d’une cuisine commune, d’une buanderie et d’un bureau d’entretiens. Dans sa version expérimentale actuelle, elle peut accueillir jusqu’à quatre personnes sans abris ou logées dans des conditions très précaires, dont la situation sociale, sanitaire et/ou psychologique empêche l’accession à un logement décent.

 

Un suivi personnalisé pendant un an

Pendant un an maximum (six mois renouvelables une fois), chacune d’entre elles bénéficie d’un suivi adapté à ses problématiques, grâce à l’intervention d’un·e travailleur·euse social·e de l’AISL, complémentée selon les besoins par des intervenant.es extérieurs. Au terme de cet accompagnement, elles seront orientées vers le dispositif de sous-location de l’AISL (ndlr : qui milite en faveur du logement pour tou·t·es), facilitant l’accès à un logement autonome avec l’aide des bailleurs sociaux partenaires de l’association.