Alors que plusieurs études récentes mettent en lumière la persistance des inégalités professionnelles entre les femmes et les hommes dans l’entrepreneuriat, le Réseau des Entrepreneurs Citoyens (REC) s’engage à soutenir et visibiliser les entrepreneuses, en particulier dans les régions rurales. 

Les chiffres parlent d’eux-mêmes[1] : 40 % des femmes qui entreprennent redoutent la faillite de leur entreprise et le surendettement ; 26% des entrepreneuses expriment leur peur de l’échec (contre 21% des entrepreneurs), et 14% d’entre elles craignent de perdre leur équilibre familial (contre 9% des hommes qui entreprennent). Issus de l’étude menée par le Réseau des Entrepreneurs Citoyens (REC) en 2022 et 2023 sur cinq territoires français dits « fragiles » – Quimperlé Communauté, les Pyrénées-Atlantiques, Marseille, la Martinique et l’Essonne –  , ces chiffres mettent au jour des inégalités de genre persistantes dans l’entrepreneuriat.

L’objectif de cette étude publiée en octobre 2023 ? Mettre en lumière les freins – mobilité, isolement, gestion administrative, financement… – entravant les entrepreneuses dans ces territoires fragiles afin d’y remédier, mais aussi pointer les perspectives que ces femmes font naître en entreprenant. « L’entrepreneuriat des femmes représente une chance, non seulement pour elles-mêmes, mais pour la société toute entière, souligne Céline Mas, entrepreneuse, écrivaine, présidente d’ONU Femmes France, en préambule de l’étude. Tout à la fois école de l’émancipation, levier de croissance, source d’innovation et de création d’emplois, il constitue en outre un puissant vecteur de progrès. »

L’importance de rôles-modèles
À travers des témoignages de créatrices d’entreprises dans des secteurs variés – l’agriculture, le numérique, la culture, l’artisanat…–, l’étude du REC pointe la nécessité de renforcer les réseaux d’entrepreneuses, de favoriser les échanges de bonnes pratiques entre les territoires et insiste sur l’indispensable prise en compte des spécificités des territoires fragiles dans les politiques publiques en faveur de l’entrepreneuriat des femmes. L’importance de présenter des rôles-modèles féminins est également soulignée. En effet, alors que 42% des jeunes des villes ont des modèles qui les inspirent dans leurs choix de formation ou de carrière, seulement 28% de leurs homologues des territoires ruraux déclarent en avoir. Une carence qui s’accroît lorsqu’il est question des rôles-modèles féminins « de proximité ». En défendant l’idée d’un « déploiement national des programmes d’accompagnement » pour soutenir localement des entrepreneuses après la création de leurs structures – et ainsi les aider à tenir la durée –, l’intention du REC est alors de proposer un enjeu d’empouvoirement et de développement économique territorial pouvant bénéficier à toutes et tous.

Pour lire l’étude, c’est ici


[1] Chiffres issus de l’étude du REC « L’entrepeneuriat des femmes en territoires fragiles 2023 »