Un espace créé pour les femmes victimes de violences conjugales : c’est le principe des Ateliers du MOI encadrés depuis trois ans par Aline Lainé, praticienne en psychodrame travaillant grâce à des jeux de rôle. Une initiative qui pourrait essaimer en Loire-Atlantique.

Les ateliers du Moi ont été imaginés par Aline Lainé, praticienne en psychodrame, avant de voir le jour en 2020 suite à un appel à projet du département de Loire-Atlantique et sa délégation du Vignoble. D’abord dédiés aux stéréotypes des métiers et à l’égalité entre les femmes et les hommes, ils sont désormais centrés sur les violences faites aux femmes[1]. Organisés à Clisson pendant deux ans avant de s’arrêter, ils sont proposés depuis janvier 2023 dans l’agglomération de Pornic Agglo Pays de Retz. L’objectif des ateliers ? « Accompagner des femmes victimes de violences conjugales vers une douce reconstruction et leur permettre de retrouver une pratique d’autonomie et d’auto-responsabilité de soi », précise Aline Lainé qui a rencontré une trentaine de femmes depuis la mise en route de ces ateliers qu’elle anime avec Marie Thibaud, thérapeute familiale et systémicienne.

Des séances libres
En 2023, 12 séances gratuites ont été proposées de janvier à octobre. Cinq femmes ont participé à tous les ateliers et elles étaient jusqu’à une dizaine pour quelques-uns. Car chaque atelier est « très libre », sans inscription préalable. « Nous accueillons ces femmes comme elles sont. Elles peuvent y venir et en partir à tout moment, en fonction de leurs besoins ou ressenti. C’est un moyen de retrouver une forme de liberté. »
Les séances durent deux heures et démarrent avec un temps d’accueil de 15 à 20 minutes. « L’écriture étant un outil fondamental à la transformation, nous poursuivons avec le journal de l’atelier du MOI, une sorte de journal intime sur les perceptions du sensible. Puis, je leur propose d’observer les changements entre deux ateliers », explique Aline Lainé. Vient ensuite un échauffement du corps d’une vingtaine de minutes (médiation, mouvements sensoriels…) avant un retour d’expérience. Enfin, les femmes proposent des situations réelles. « L’une d’elles est mise en mouvement, pour se libérer de la charge émotionnelle. »

Boucler la boucle
En parallèle de ces ateliers, un théâtre forum à destination du grand public se déroule ce vendredi 24 novembre, à 20h30 à l’Amphithéâtre Thomas Narcejac de Pornic, sur le thème “Ensemble tout est possible, inspiré de témoignages de femmes du territoire.” L’occasion de « montrer que chacun·e peut être concerné·e, de changer de regard pour se dire que demain chacun·e puisse agir. Il s’agit de faire de la sensibilisation mais aussi de la prévention avec la présence de professionnel·les[2] »
Lors de cette pièce de théâtre interactive, quatre acteurs et actrices de la compagnie de théâtre Live Comedy d’Orvault – dont Aline Lainé -, en coproduction avec la compagnie Rachel Mademoiselle de Rezé, joueront trois situations inspirées de scènes réelles et puisées dans les ateliers du MOI. Un ou une maîtresse de jeu favorisera l’interaction entre la salle et la scène et le public sera invité à monter sur scène pour « trouver des clés ensemble ». Si elles le souhaitent, les femmes ayant participé aux ateliers du MOI pourront elles aussi rejoindre cet ensemble. « Une manière de boucler la boucle et de ne plus avoir honte de ce chapitre de leur histoire. »

Un déploiement à venir
D’après Aline Lainé, la délégation du Vignoble a pour projet d’organiser de nouveaux ateliers dans le Sud Loire. Pornic Agglo Pays de Retz annonce pour sa part qu’ils seront reconduits en 2024 et potentiellement sur deux ans en fonction des budgets attribués.

Rédaction : Florence Falvy


[1] En Loire-Atlantique, 4 291 victimes de violences intrafamiliales ont été dénombrées en 2021.

[2] Travailleurs sociaux des CCAS (centre communal d’action sociale) et des ESI (espaces solidarité insertion), Solidarités femmes Loire-Atlantique, association Trajet