[La Fameuse Académie] SNCF, des pistes concrètes pour impulser la mixité

13 décembre 2021
  • Partager cet article :
Retour à la liste des articles

Publié le 13.12.21

 

Vous souhaitez monter un groupe en faveur de l’égalité Femmes Hommes ? Un réseau féministe au sein de votre entreprise ? Impulser une politique égalitaire dans votre structure ? Parce que ce chemin est parfois semé d’embuches, cette rubrique – La Fameuse académie – interroge des femmes et des hommes ayant vécu des expériences de montage de collectif/réseau/association et qui partagent leurs conseils. Troisième épisode avec “SNCF au Féminin” où vous découvrirez comment ce réseau a gagné en visibilité à l’aube de ses 10 ans.

 

1# Le contexte de la SNCF

 

Depuis un peu plus d’une décennie, SNCF mène une politique volontariste en faveur de la mixité et de l’égalité femmes-hommes. Le groupe (1) a franchi une première étape en mars 2006 lors de la signature d’un accord relatif à l’égalité professionnelle entre les femmes et les hommes. Quelque 150 774 agents y travaillent (2). Un effectif en recul de l’ordre de 1,29%, avec 1 946 salarié∙es en moins en 2020 par rapport à 2019. Cette baisse est plus sensible chez les femmes (-1,65% vs -1,18% pour les hommes), ce qui implique une baisse de l’effectif global féminin de 0,02 pt (22,69% en 2020 vs 22,78% en 2019). La part des femmes dans les conseils d’administration est quant à elle de 35%.

 

A noter toutefois que ce taux de féminisation masque de vraies disparités, avec, par exemple, une sous-représentation des femmes dans les métiers de conduite. Le groupe compte en effet 360 femmes conductrices de train… sur 12 000 conducteurs (soit 3 % des effectifs). S’agissant de l’égalité salariale, le groupe SNCF s’en sort plutôt convenablement : l’écart de salaire entre les hommes et les femmes est de moins de 1%. Malgré tout, cela reste un axe de travail.

 

A l’horizon 2030, la trajectoire Mixité s’articule en 6 axes :

1- L’égalité salariale : -1% d’écart de rémunération F/H
2- La féminisation du recrutement, avec un objectif de 25% de femmes recrutées en 2024 et 30% en 2030
3- La féminisation de l’encadrement : 32% de femmes cadres en 2023 et 40% en 2030
4- L’égalité d’accès aux formations : même nombre d’heures de formation pour les hommes et les femmes, par métier
5- La lutte contre le sexisme et le harcèlement sexuel
6- L’équilibre de la parentalité

 

2# Les étapes du projet

 

Hélène Favreau et Fabienne Melay, ambassadrices des Pays de la Loire

C’est en 2012 que le groupe SNCF a franchi une autre étape avec la création du réseau “SNCF au Féminin” sur l’impulsion de Virginie Abadie Dalle. Sa vocation ? Œuvrer pour la mixité et l’égalité entre les femmes et les hommes. A l’origine, ce réseau s’adressait principalement aux femmes cadres qui souhaitaient échanger sur les problématiques communes d’être une femme à la SNCF. Mais, partant du principe que la question de l’égalité est aussi une affaire de mentalités collectives, le réseau a changé de nom en juillet dernier pour devenir “SNCF Mixité”. « La mixité dans l’entreprise est un projet commun. La volonté est de transformer les actions pour les hommes et les femmes au service du même objectif », justifie Hélène Favreau, l’une des deux ambassadrices chargées d’animer le réseau dans les Pays de la Loire aux côtés de Fabienne Melay. Et d’ajouter : « Plus un réseau est mixte et plus une entreprise peut se transformer positivement. Cela aide à transformer les mentalités ». Aujourd’hui, le réseau “SNCF Mixité ” regroupe quelque 10 500 membres, dont 285 à l’échelle de la région. 20% sont des hommes. « L’adhésion est gratuite et sur la base du volontariat. »

 

3# Les moyens déployés

 

À l’aube de ses 10 ans, le réseau s’appuie sur 80 ambassad·rices·eurs réparti.e.s dans 30 ambassades (19 territoriales et le reste étant des ambassades dites “métiers” (réseau, voyages, matériel…). Ils se réunissent quatre fois par an. Prochaine réunion : le 16 décembre. Côté budget, plusieurs enveloppes sont allouées à la politique de mixité et d’égalité F/H. Par exemple, la DRH dispose d’un budget notamment pour conduire les travaux liés à la mixité (installation de vestiaires mixtes). C’est le cas aussi du réseau SNCF Mixité. Le groupe préfère rester discret sur les montants.

 

Parmi les actions, certaines peuvent être impulsées par le national avant d’être déclinées au niveau territorial. Exemple avec La Girl’s Day. « Cette journée a pour objectif de sensibiliser les jeunes filles aux métiers techniques », précise Hélène Favreau. Exceptionnellement, l’année dernière, l’événement organisé en distanciel, contexte sanitaire oblige, a voulu innover et jouer la carte de l’inclusion en intégrant également les jeunes hommes. « Une façon de les sensibiliser aux stéréotypes de genre en leur montrant que les métiers techniques peuvent aussi être exercés par des femmes. » 1 300 élèves et étudiants partout en France y ont participé. Cette année, cette journée a eu lieu le 2 décembre. L’ambassade des Pays de la Loire a organisé de son côté “SecretCam” en partenariat avec le CNAM le 7 décembre dernier. « Il s’agit de jeux de rôle pour comprendre l’intérêt de la mixité », poursuit l’ambassadrice régionale. Opération à laquelle s’est joint le réseau Energies de femmes d’EDF avec dans l’idée de « créer des échanges interentreprises ».

 

#4 Les résultats obtenus

 

En 2020, l’écart de rémunération entre les femmes et les hommes a reculé au sein du groupe SNCF. C’est ce que montre l’index de l’égalité professionnelle. « Alors que le groupe avait obtenu 78 points sur 100 en 2019, les 5 sociétés qui le composent ont toutes atteint des scores compris entre 89 et 94 points en 2020. » Par ailleurs, un nouvel accord relatif à l’égalité professionnelle entre les femmes et les hommes et à la mixité a été signé en novembre dernier entre la SNCF et l’ensemble des organisations syndicales représentatives (CGT, UNSA-Ferroviaire, Sud-Rail, CFDT). De quoi confirmer « leur ambition partagée de s’inscrire dans une dynamique volontariste ». Conclu pour la période 2021-2024 à l’échelle du groupe, cet accord comporte des avancées « significatives » en matière de parcours professionnels, de politique de rémunération, de recrutement et de lutte contre les violences sexistes et sexuelles au sein de l’entreprise.

 

#5 Les facteurs clés de succès

 

1- Bien cibler sa communication : D’après les deux ambassadrices régionales, la participation aux actions n’est pas toujours au rendez-vous. Les non-cadres, notamment, soumis à des horaires spécifiques, ont plus de difficultés à se libérer. Or, la problématique de la mixité touche particulièrement ce public. Les conducteurs, chefs de bord, personnels sur les voies,.. n’ont pas non plus accès facilement à leurs mails. Autre frein : le réseau social interne n’est pas accessible à toutes les filiales du groupe. « Nous devons adapter notre communication. Ce qui suppose d’imaginer des campagnes différentes (poster des affiches), de nous appuyer sur le management et sur d’autres relais (RH, communicants…). » Le recrutement d’Amandine Brangard (en alternance) depuis le 20 septembre dernier s’inscrit dans cette volonté.

2- Se structurer : Dans les Pays de la Loire, le réseau a opté depuis trois ans pour une organisation « plus soutenue », avec notamment deux co-ambassadrices et non plus une seule, comme à l’origine.

3- Ne pas sous-estimer le temps nécessaire à l’animation du réseau : Chez la SNCF, les ambassad·rices·eurs signent une convention avec leurs managers. « Elle stipule que je dégage 10% de mon temps au réseau et à ses actions », indique Hélène Favreau.

4- Se réinventer : « Il faut faire en sorte que chaque membre se sente engagé et utile dans la cause. Par exemples, trouver de nouvelles façons de les faire participer, proposer de nouveaux ateliers…», complète Amandine.

 

#6 Le point de vue personnel

 

Les deux ambassadrices notent également l’importance de tisser des passerelles avec d’autres réseaux mixité et acteurs locaux. Ce fut le cas avec les Fameuses. « En 2019, nous avions profité de la semaine « off » du Printemps des Fameuses pour organiser des évènements associés (atelier de coding pour les enfants de collègues, soirée de mise en valeur d’une « Prometteuse », la jeune skippeuse Marie Gendron…). » De quoi donner aussi plus de visibilité au réseau. Hélène Favreau souligne « la qualité des intervenants » qui « permet d’appréhender concrètement le sujet mixité / égalité à l’aide de chiffres, d’explications, d’études explicites et factuelles ». Et de conclure : « C’est un évènement de grande qualité ».

 

Rédaction Florence FALVY

 

(1) Depuis le 1er janvier 2020, le groupe SNCF se compose de 5 sociétés : SNCF, SNCF Voyageurs, SNCF Réseau, Gares & Connexions, Rail Logistics Europe
(2) Au 31 décembre 2020

 

Retrouvez les autres articles de la Fameuse Académie :

épisode #1 : Accenture, 6 points clés pour le déploiement d’une politique égalitaire – lire l’article
épisode #2 : Covea, 3 facteurs clés pour mener à bien sa transformation –  lire l’article 

 

Pour en savoir plus sur la Fameuse Académie, c’est ici !
Vous souhaitez monter votre réseau et accélérer l’égalité FH dans votre structure ?
Contactez les Fameuses : bonjour[at]lesfameuses.com