Rentrée littéraire : les conseils de la librairie Les Bien Aimé.e.s

18 septembre 2022
  • Partager cet article :
Retour à la liste des articles

Publié le 18.09.22

 

En cette rentrée littéraire 2022, les libraires des Bien Aimé·e·s, une des adresses nantaises reconnues pour ses références féministes, nous recommandent 4 lectures incontournables. Des must-read  100% engagés, 100% féministes. 

 

Située au centre de Nantes, la librairie-café Les Bien Aimé·e·s offre un lieu chaleureux et intimiste, où il est possible de flâner dans les rayons, de s’installer posément à une table, de déguster un café et de feuilleter les livres. Les client·es de la librairie la qualifient de généreuse et chamarrée. Une librairie généreuse dans sa variété littéraire, généreuse par l’écoute et l’attention de son personnel, chamarrée par l’ouverture culturelle sur le monde, sur la vie. Les Bien Aimé·e·s proposent un éventail d’ouvrages destinés à tous les publics.

 

A l’image de ses employé·es, cette librairie se veut engagée pour les droits humains et des animaux avec ses étagères dédiés à l’écologie, au féminisme, au genre et à l’identité sexuelle. La boutique en ligne, comporte d’ailleurs un onglet Littérature LGBT+ dans sa sélection nos livres bien aimé·e·s. Et pour cette rentrée littéraire, les libraires Pauline et Marie conseillent 4 lectures féministes :

 

Cher connard de Virginie Despentes, Toute une moitié du monde de Alice Zeniter, L’évaporée de Fanny Chiarello et Wendy Delorme, et Trois soeurs de Laura Poggioli. Cher connard de Virginie Despentes est le roman incontournable et attendu de cette rentrée. Si son titre divise les avis, le trouvant osé, culotté, trash, percutant, il tranche, comme l’écrivaine Virginie Despentes sait si bien le faire. Un roman épistolaire qui creuse les sujets comme le féminisme, les réseaux sociaux, l’addiction, le vieillissement et l’amitié. C’est une suite de lettres entre amis qui se sauvent la vie.

 

Toute une moitié du monde  de Alice Zeniter, est le coup de coeur de Marie. Ce livre, entre l’essai et la fiction, est très bien documenté et bien étudié. Il est fondé sur les expériences personnelles de Alice Zeniter en tant que lectrice mais aussi en tant qu’écrivaine. Un livre qui invite en tant que lecteur.rice à repenser les histoires qu’on nous raconte. De quelle façon sont représentées les femmes en littérature, peut-on casser les codes, les schémas pré-établis ?

 

L’évaporée de Fanny Chiarello et Wendy Delorme. Un roman écrit à deux mains, deux univers, deux mondes et deux créations littéraires. « Qu’est-ce qui peut bien faire qu’une femme soudain abandonne celle à qui elle vient de dire, quels merveilleux moments j’ai passé auprès de toi, aujourd’hui encore, je veux ça tous les jours de la vie ? » c’est la question que se pose Jenny après le départ brutal de Eve. Elles l’ignorent mais elles vivent leur histoire d’amour de façons totalement différentes. Les autrices tour à tour livrent le point de vue des deux femmes , et interrogent sur la possibilité d’une relation durable, de la compatibilité de modes de vie différents et la nécessité de fermer la porte au passé pour permettre d’en ouvrir une nouvelle au présent.

 

Trois soeurs de Laura Poggioli. Un roman qualifié de lecture, non pas récréative, mais nécessaire, Laura Poggioli décrit, imagine et mêle des faits réels à des éléments autobiographiques. Inspirée de l’histoire de trois soeurs russes, qui durant des années subissent des violences jour et nuit par leur père, finissent par le tuer. L’autrice qui vécut 18 mois en Russie dénonce, malgré tout l’amour qu’elle a pour ce pays, une culture de violences intrafamiliales psychologiques et physiques que supportent un grand nombre de femmes. Un proverbe russe dit : « Si il te bat, c’est qu’il t’aime », le ton est donné…

 

La librairie-café Les bien Aimé·e·s est ouverte du mardi au samedi de 11 h à 19 h.
Rue de la Paix, 44 000 Nantes
Contact : 02 85 37 36 01

 

Rédaction Marjorie Ciry

Pour aller plus loin :

Étonnantes interviewe 18 femmes engagées du Grand Ouest – lire l’article
Tchikita, le magazine qui permet de parler des inégalités en famille – lire l’article
Une bibliothèque anarchiste·S et féministe·S voit le jour à Saint-Nazaire – lire l’article