Un collectif de femmes booste l’entrepreneuriat féminin dans le vignoble

6 janvier 2022
  • Partager cet article :
Retour à la liste des articles

Publié le 05.01.22

 

Il y a tout juste un an une antenne du mouvement national Bouge ta Boîte (1), un réseau dédié à l’entreprenariat féminin, faisait son apparition dans le Vignoble nantais. Aujourd’hui, ce club 100% féminin se compose d’une dizaine de “bougeuses” (nom donné aux membres) ayant pour point commun d’être à leur compte ou dirigeantes de petites entreprises. Avocate en droit des sociétés, mandataire immobilier, courtière en assurance, gérante de salon de coiffure, notaire, spécialiste de la décoration d’intérieur… Les profils sont très variés et complémentaires. L’ambition du collectif ? Acquérir de nouvelles compétences, étoffer son portefeuille clients ou encore construire un réseau d’entraide et de discussions. 

 

Venir d’horizons divers est une règle au sein du “cercle” : « chaque membre représente une seule profession », indique Julie Rolland à la tête d’une société de gestion locative à Clisson. En qualité de “boosteuse”, c’est elle qui anime les réunions (aussi appelées “BougeUp”) et gère notamment les candidatures. Les objectifs de ce réseau professionnel sont assumés, « Avoir du soutien, briser la solitude du chef d’entreprise, créer une richesse humaine, développer son réseau et in fine son activité », répond-elle.

 

Bouger ensemble les lignes de l’économie

 

Un vendredi midi sur deux, ces bougeuses se réunissent ainsi pendant 1h30 autour d’un programme structuré et pragmatique pour pitcher, brainstormer sur leurs problématiques d’entrepreneures, présenter leurs métiers, exprimer leurs besoins et/ou leurs recommandations… Ces réunions bimensuelles ont lieu chez le caviste L’Amphore à Clisson qui en tant qu’entreprise marraine met gracieusement un espace à leur disposition. Mot d’ordre : efficacité. « Cela ne doit pas devenir un cercle de copines ou de discussions autour d’un café. Il faut que ce soit efficace dans la démarche. Le but est d’apprendre à se connaître et de voir ce que chacune peut apporter mutuellement. » Adhérer à ce club permet également d’accéder au réseau social interne Workplace qui rassemble toutes les bougeuses à l’échelle de la France, à 4 webinaires de formation en direct tous les mois et à plus de 80 thèmes disponibles en replay (Comment gérer son temps ? Comment faire son pitch client ? etc.).

 

Si vous souhaitez entrer dans ce cercle, il suffit de postuler via le site internet de Bouge ta Boîte. « Chaque candidature est ensuite étudiée par les membres du cercle selon certaines valeurs (la bienveillance, l’écoute, le partage et l’implication) et doit être actée à l’unanimité », indique Julie Rolland. Chaque bougeuse paie ensuite une cotisation annuelle de 480€ HT. Une somme à laquelle s’ajoutent des droits d’entrée de 190€ HT pour toute première inscription. La prochaine réunion a lieu le 13 janvier. Avis aux intéressées.

 

Rédaction Florence FALVY

 

(1) Le réseau Bouge ta Boîte a été lancé par Marie Eloy en 2016. Il y a aujourd’hui 120 cercles sur le territoire national et 1 720 bougeuses. Les Pays de la Loire recensent 10 cercles actifs : Angers, Laval (La Licorne, #1), Le Mans (République, Jacobins), La Roche-sur-Yon, Nantes (Dobrée, Estuaire, Graslin) et Clisson. Trois cercles sont en cours de construction à Châteaubriant, Carquefou et Vertou.

 

Pour aller plus loin :

Un programme dédié aux femmes du vignoble nantais – lire l’article
A St-Etienne-de-Montluc (44), « We’RE IN » booste l’entrepreneuriat féminin – lire l’article 
[Empowerment] Les Officieuses, un nouveau réseau nantais pour lancer son activité – lire l’article