A Carquefou, R.A.S Intérim forme les futures conductrices poids-lourds

6 décembre 2021
  • Partager cet article :
Retour à la liste des articles

Publié le 06.12.21

 

Agir au féminin. C’est le nom d’un projet national initié en 2019 par R.A.S Intérim.
Objectif ? Devenir moteur de la mixité dans les métiers de la filière du transport et de la logistique. L’action a été déclinée près de chez nous. On en parle avec
Florence Dufour, responsable de l’agence de Carquefou.

 

Seulement 5% de femmes exercent le métier de conductrice routière, sur les 210 000 conducteurs que compte le monde du transport. Former plus de femmes aux métiers de la conduite et favoriser leur évolution de carrière dans un secteur largement dominé par les hommes, c’est tout l’enjeu du projet “Agir au féminin”. Lancé en 2019 à l’initiative de R.A.S Intérim, tout d’abord à Toulouse, le programme a ensuite été dupliqué à l’échelle nationale.

 

Il repose sur quatre piliers :

1- proposer un parcours différenciant
2- répondre aux besoins de recrutement des employeurs, qui font face à une pénurie de main-d’œuvre dans le transport routier
3- sensibiliser le public féminin à un métier aujourd’hui accessible
4- faire tomber les a priori et promouvoir plus généralement le transport de marchandises

 

Une première session à Nantes

En Loire-Atlantique, ces sessions de formation 100% féminine ont vu le jour l’année dernière portées par l’agence R.A.S Intérim de Carquefou, spécialiste des métiers du transport et de la logistique, en partenariat avec Pôle emploi. Afin de repérer les candidates potentielles, tout un process de recrutement a été mis en place : des opérations de sourcing, des tests, des entretiens individuels de motivation, des stages d’immersion en entreprise,… Argument de poids : la gratuité de la formation.

 

A ce jour, un premier groupe “Agir au Féminin” avec 5 femmes a été formée, avec des profils très variés, de la reconversion professionnelle à la reprise d’une activité. Au programme : « Une formation de 2,5 mois à 3 mois, à raison de 35 heures par semaine, qui comprennent des cours théoriques en centres de formation (AF Formation, Aftral…) et de la pratique au sein d’entreprises partenaires (Heppner , GFS, Stef Transport,… », détaille la responsable de l’agence Florence Dufour. A la clé ? Une formation qualifiante validée par un Titre Professionnel Conducteur sur porteur. Deux des 5 candidates ont enchaîné une nouvelle formation pour devenir conductrices SPL (super poids lourd). Pour une autre, les perspectives d’emploi se sont avérées positives puisqu’elle a décroché un CDI.

Une nouvelle session pourrait voir le jour si candidates il y a. Avis aux intéressées !

 

Rédaction Florence Falvy

 

Pour aller plus loin : 

Industri’elles, le jeu qui promeut les métiers de l’industrie aux lycéennes de Loire-Atlantique – lire l’article
CHARIER veut féminiser les métiers de travaux publics – lire l’article
[Empowerment] Se battre pour la mixité dans le numérique – lire l’article 
En trois mois elles se forment pour être Data Analyst – lire l’article